Iris Brey 05/07/2017

 

À la conquête du plaisir

Dans les mains de Jane Fonda et Lily Tomlin, les Grace et Frankie de la série éponyme de Netflix, se trouve le nouvel objet de leur désir : un vibromasseur pour les femmes de plus de 60 ans. Les compères ont fait du chemin depuis l’ouverture de la série où elles apprenaient que leurs maris respectifs les quittaient, faisaient leur coming out, affirmant vouloir se marier ensemble. Après cette légère secousse sismique, les deux femmes ont décidé de se réinventer et d’explorer avec un regard neuf leur propre sexualité.

 

A un âge où l’on attend d’elles qu’elles soient de parfaites grand-mères bien sages, les deux héroïnes partent à la conquête de leur plaisir. Dans la saison 1, Frankie fabriquait un lubrifiant bio à base de patate douce, expliquant que les vagins post-ménopause ne produisent plus autant de lubrifiant naturel. Elle donnait sa fameuse pommade à Grace en lui assénant « C’est pas un gode chérie, juste un facilitateur ». La pudibonderie ne fera pas long feu.

 

Des femmes de 70 ans vibrantes

Dans cette nouvelle saison 3, les deux héroïnes décident de concevoir le gode de leurs rêves. Le résultat est bien loin du vibromasseur discret dissimulé à l’arrière du catalogue de La Redoute, puisque l’objet qu’elles ont designé ressemble à une aubergine à picots, maniable pour l’arthrite des poignets de Grace, avec des commandes qui s’allument pour les problèmes de vue de Frankie. Elles testent le produit hors-champ et en sont plus que satisfaites. Les nouvelles auto-entrepreneuses démarchent banquier et jeunes hommes dans la tech pour lancer leur marque Vybrant, en expliquant à tous ces hommes détenteurs d’argent et de pouvoir que les femmes après 60 n’ont pas à être dessexualisées. Grace explique : « leurs corps ont peut-être changé mais pas leur désir. »

 

La série de Marta Kauffman (à qui l’on doit Friends) et Howard Morris est une aventure légère, reposant sur des blagues plutôt faciles et une esthétique de soap. Elle a cependant le mérite de mettre en scène deux femmes ménopausées qui osent clamer leur droit à la jouissance. Rien que ça en fait un ovni. Quelques personnages féminins avaient abordé la vie sexuelle post-troisième âge : Ruth dans Six Feet Under, Doctor May Foster dans Tell Me You Love me, Olive Kitteridge ou encore Maura dans la récente Transparent ; mais aucune n’en avait fait une question centrale pour les personnages.

 

Fondante Jane Fonda

En castant Jane Fonda, dans un des rôles principaux, la série réussit à parler au plus grand nombre. Elle devient à son tour la « facilitatrice » de ce message politique. Dans les années 80, moulée dans son body, Fonda poussait déjà les femmes à prendre soin de leurs corps grâce à l’aérobic. Trente années plus tard, elle milite pour la masturbation et glisse vers l’éducation érotique en manipulant un gode dans une série très grand public qui encourage les femmes à prendre leur vie et leur plaisir entre leurs mains. À 79 ans, elle a vraiment réussi son coup.

 

 

 

 
Iris BreyIris Brey est spécialiste de la représentation du genre au cinéma et dans les séries. Elle collabore aux revues Cinemateaser et Soap ainsi qu’aux sites Les Inrocks, Le Deuxième Regard et Cheek Magazine. Elle participe à l’émission de France Culture La Dispute. Elle donne lors de l’édition 2015 du Festival Séries Mania une conférence sur la sexualité féminine dans les séries, sujet sur lequel elle écrit son premier livre Sex & the Series paru aux éditions Soap en avril 2016.

Retrouvez-la chaque mois pour sa rubrique “Sexe, genre et séries” !