Oriane Hurard 22/06/2016

 

En mai dernier, la websérie a fait son apparition au Palais des festivals de Cannes, lors du Marché du Film. Nichée au creux du Short Film Corner, une conférence intitulée « Wild Wild Web: are webseries tomorrow’s goldmines? » ( « Wild Wild Web : les webséries sont-elles les mines d’or de demain ? » ) s’adressait à tous les jeunes scénaristes, réalisateurs et producteurs des quelques 2000 courts-métrages présents cette année sur la Croisette. À mi-chemin entre les codes télévisuels et l’aspect parfois très artisanal du court-métrage, la websérie peut parfois constituer une alternative intéressante pour les créateurs.

Pour représenter cette tendance, la conférence accueillait la jeune Jessie Kahnweiler, créatrice, comédienne et réalisatrice de la websérie The Skinny, montrée en Europe pour la première fois lors de la dernière édition de Séries Mania.

 
02 Conference Short Film Corner Cannes 2016

 

 

De Youtube à Sundance

 

En 2013, Jessie avait déjà réalisé une première websérie, intitulée Dude, where’s my chutzpah?, comédie décapante sur l’identité juive. Depuis, Jessie s’est fait connaître quasi exclusivement sur Youtube, produisant à intervalles réguliers des vidéos à la fois drôles et engagées, atteignant souvent plusieurs centaines de milliers de vues. Ses sujets de prédilection ? Le sexe, l’amour, le viol, le féminisme, mais aussi les privilèges raciaux.

Une de ses dernières vidéo / performances confronte ses « dates » Tinder, de manière aussi réjouissante qu’absurde.

The Skinny est une websérie de six épisodes de dix minutes, que Jessie qualifie elle-même de « dark comedy » qui suit les (més)aventures de Jessie, jeune youtubeuse boulimique, devant faire face à une rupture douloureuse. « J’espère que personne ne sort de table, parce que ce que je vais vous montrer est vraiment crade » plaisantait la jeune réalisatrice avant la projection du premier épisode.

 

 

La série a un vrai fond autobiographique, comme le confirme Jessie : « Je sortais de dix ans de boulimie, et j’ai réalisé qu’aucun film, aucune série ne traitait de ce problème qui concerne pourtant des millions de personnes. »

Entre Girls et Broad City, la série offre une nouvelle variation autour de la jeune femme trentenaire, plus ou moins bien dans sa peau, loin des corps lisses et des fictions aseptisées.

 
03 Jessie Kahnweiler

 

La série offre à sa réalisatrice un étonnant miroir, non seulement sur ses comportements alimentaires mais aussi sur son activité professionnelle, vidéaste sur Youtube, que beaucoup ont encore du mal à considérer comme un « vrai métier » : « Ma carrière est quelque chose dont je suis très fière, et en même temps je peux vraiment me haïr dans ma vie intime. Cette contradiction est commune à beaucoup de femmes, et je trouvais cela intéressant d’utiliser le monde des influenceurs et des Youtubeurs comme une métaphore de cela ; un monde où même avec un million de vues, on en veut toujours plus, on n’est jamais vraiment satisfaits. »

 

 

« Une série comme la mienne n’aurait jamais vu le jour à la télévision. »

 

Jessie Kahnweiler a d’abord essayé de vendre son histoire à la télévision américaine. Sans succès, elle s’est alors tourné vers Refinery29, plateforme « lifestyle » pour newyorkaises branchées. « C’était complètement fou qu’ils acceptent de faire The Skinny, c’était vraiment la première fois qu’ils produisaient un contenu de ce type, sans top models, avec des corps imparfaits, très éloigné de ce qu’ils font habituellement. »

La série est ainsi coproduite avec Wifey.tv, site de vidéos féministes au slogan explicite ( « Be the subject, not the object » ), dont l’une des fondatrices n’est autre que Jill Soloway, créatrice de la série Transparent. « Jill a été une sorte de mentor pour moi, c’est elle qui m’a conseillé de me tourner vers le web quand j’ai réalisé que je ne pourrais pas faire The Skinny à la télévision. »

The Skinny a été dévoilée pour la première fois en janvier dernier, quelques jours avant sa mise en ligne, lors du dernier festival de Sundance, aux côtés des films indie les plus hype de l’année.

 
04 The Skinny Sundance

 

Jessie Kahnweiler revendique son appartenance au web et à ce qu’elle lui doit. « J’ai le sentiment que les webséries donnent la parole à des voix originales et singulières. Elles peuvent raconter des histoires que je n’avais jamais vues auparavant, des histoires dingues. »

Faisant fi de la différence entre vidéos postées en quelques minutes sur Internet, et les courts-métrages chiadés destinés aux festivals, Jessie Kahnweiler a réconcilié tout le monde à la fin de la conférence. Aux nombreuses sollicitations du (jeune) public lui demandant des conseils, Jessie répondait à tous « Faites des trucs, postez-les en ligne. C’est encore la meilleure façon d’apprendre. »

 

 

Oriane Hurard

 

 

 

avatar d'Oriane Hurard

Spécialisée dans le transmedia et les contenus interactifs, Oriane Hurard travaille pour plusieurs festivals (Festival Tous Ecrans, I LOVE TRANSMEDIA, Séries Mania) ainsi que pour des sociétés de production spécialisées dans les nouveaux médias. Elle écrit en dilettante, mais toujours avec passion, pour ARTE, Soap et le blog du Fonds des Médias du Canada à propos des séries TV et des nouvelles écritures. Retrouvez Oriane Hurard sur Twitter @orianehurard