Oriane Hurard 07/09/2015

 

 

Rentrée 2015 : les webséries à ne pas rater !

 

Billet d’Oriane Hurard

 

 

Le mois de septembre marque le retour des cartables, des feuilles mortes… mais aussi celui de vos séries préférées. Leurs petites sœurs du web ne sont pas en reste et s’en donnent à cœur joie pour adoucir la fin de l’été.

Tour d’horizon des nouvelles créations à suivre cette rentrée.

 

 

Pour découvrir la Carrie Bradshaw de Paname

 

 

scène de Paris un jour-de Baya Sonia

Les amatrices de The Mindy project, Girls et autres nostalgiques de Sex and the city tomberont sous le charme de Sonia, l’héroïne de Paris, un jour de..., grande parisienne un peu folle, un peu névrosée, un peu amoureuse… Bref, un peu comme nous, quoi.

Créée et interprétée par Baya Rehaz, tenue de bout en bout par son énergie et sa bande de potes (talentueux), la série a été soutenue par Dailymotion et plus d’une centaine de contributeurs Ulule après deux pilotes autoproduits en 2014.

Que ce soit chez son psy, à sa vraie-fausse fête surprise d’anniversaire ou dans un brunch où elle tape l’incruste, Sonia et ses copines renouent avec la tradition de la série « girly », sans jamais tomber dans la vulgarité.

Voir la série

 

 

 

Pour nous faire vibrer

 

 

ploup

 

 

Si les SMS sont les romans épistolaires de notre temps, Ploup, nouvelle websérie d’ARTE, serait alors un mix entre Les lettres persanes de Monstesquieu et Mythologies de Roland Barthes.

« Ploup », c’est le son de chaque nouveau message dans votre logiciel de messagerie, chat Facebook ou appli de rencontres. Un son désormais ancré dans votre quotidien.

Chaque épisode met en scène une rencontre entre deux personnages, par le seul biais de leur dialogue en textos. Dans les premiers épisodes – six sont déjà en ligne – l’accent est mis sur la drague 2.0 : lorsque deux community managers se séduisent dans une novlangue insupportable, lorsqu’un « ami d’ami » vous aborde sur Facebook après une soirée (trop) arrosée… Notre coup de cœur : l’échange entre une ado et sa mère, qui essaie tant bien que mal de maîtriser « l’autocorrect » pas très « swag » de son smartphone.

Par sa forme minimaliste, la websérie donne à entendre de manière judicieuse la langue d’aujourd’hui : non plus celle de la rue, mais bien celle du web – une tentative littéraire déjà amorcée dans les blogs des Textapes d’Alice ou des Com2Connes.

Voir la série

 

 

 

Pour jouer à « Destins » et changer de vie

 

 

scène de Game of life

 

 

Sorti au début de l’été, The Game of Life tente de répondre à la question « Comment gagner au jeu de la vie ? ». Pour résoudre cette vaste interrogation métaphysique, les réalisateurs donnent la parole à des jeunes qui semblent tout droit sortis d’une série américaine. Sauf que « la vie n’est pas un putain de jeu de société », comme le balance l’un des personnages à la caméra, surtout depuis que l’on ne peut plus pousser personne dans une piscine – afin d’épargner les smartphones rangés dans les poches de pantalon. Tour à tour ironique ou hilarante, la série évite de sombrer dans le désespoir face à cette épineuse question : comment grandir dans un monde où les jeunes filles veulent devenir conductrices Uber ?

Filmée à Arcueil, en version originale anglaise, et réalisée par deux jeunes diplômés des Arts Décoratifs pour Congrats!, un magazine trendy-urbain-cool, l’ensemble offre un résultat original dans l’univers codifié de la websérie.

Voir la série

 

 

 

Pour mourir moins bête

 

 

tumourrasmoinsbete

 

 

Adapté du blog BD de vulgarisation scientifique du même nom, Tu mourras moins bête (mais tu mourras quand même) sera à l’antenne d’ARTE au début de l’année prochaine. Pour nous donner l’eau à la bouche, cinq épisodes sont disponibles en ligne dès maintenant.

Est-il possible de créer un sabre laser comme celui de Dark Vador ? Et de rétrécir ses gosses, comme dans le film homonyme ? Comment pénétrer dans un corps humain quand on est un microbe ?

Les sujets variés, et le ton délirant – mais jamais bêtifiant – nous éclairent avec intelligence et humour sur les mystères et arcanes de la science. Croqué très simplement, le professeur Moustache s’incarne et prend vie grâce à la voix de François Morel et à un générique en chanson exaltant.

Coproduit par le renommé studio d’animation Folimage (La Prophétie des grenouilles, Une vie de chat), voilà une série qui donne envie de poser ses propres questions farfelues au professeur Moustache pour, enfin, comprendre le sens de la vie.

Voir la série

 

 

 

Pour devenir un gangster d’enfer

 

 

scène de Hell Train

 

 

Sur sa plateforme ARTE Creative, récemment re-liftée, ARTE continue l’exploration de la pop-culture entamée avec les webséries documentaires très arty-indie Marfa, Un été avec les kids de Larry Clark), ou encore BBoys dans le milieu du breakdance.

Dans Hell Train, mis en ligne la semaine dernière, le duo de réalisateurs de Gasface (à l’origine également de New York Minute) transpose L’Enfer de Dante dans le milieu du rap new-yorkais.

Comme dans le chef-d’œuvre de Dante, la websérie nous fait traverser les neuf cercles de l’Enfer, à la rencontre, épisode après épisode, de figures iconiques de la scène gangsta de New York.

Dans ce périple, nous sommes guidés non pas par Virgile, mais par Bodega Bamz, jeune rappeur de Spanish Harlem. La websérie est aussi son portrait, récit personnel qui oscille entre appel vers la prêtrise et vertige de la criminalité, entremêlé des tercets de Dante. Le tout filmé face caméra, sur fond d’images d’archives où se croisent Michelle Obama et Jean-Paul Sartre, portant la marque de la violence particulière propre à l’histoire américaine…

« Vous qui entrez ici, abandonnez toute espérance. »

Voir la série

 

 

avatar d'Oriane HurardSpécialisée dans le transmedia et les contenus interactifs, Oriane Hurard travaille pour plusieurs festivals (Festival Tous Ecrans, I LOVE TRANSMEDIA, Séries Mania) ainsi que pour des sociétés de production spécialisées dans les nouveaux médias. Elle écrit en dilettante, mais toujours avec passion, pour ARTE, Soap et le blog du Fonds des Médias du Canada à propos des séries TV et des nouvelles écritures. Retrouvez Oriane Hurard sur Twitter @orianehurard